Haendel - Neun Deutsche Arien

LE CHEMIN DE LA ROSE

Soprano, Violon, Théorbe et Orgue

Les Airs Allemands constituent les dernières pièces que Haendel a consacrées à des textes allemands. Façonnés avec l’art du rhétoricien accompli, habités par un charme mélodique irrésistible, ces véritables bijoux de la littérature musicale baroque s’inscrivent à mi-chemin entre le divertissement destiné à un cercle semi-public et la musique destinée à l’édification spirituelle, au recueillement méditatif. 

 

L’auteur des Airs allemands, Barthold Heinrich Brockes (1680–1747) était un contemporain presque exact de Haendel, Bach et Telemann. Il fut d’abord un riche patricien à Hambourg puis il étudia le droit à l’université de Halle (où il dut rencontrer Haendel) mais il retourna ensuite à Hambourg où il se consacra à la poésie et la musique, mettant sur pied une série de concerts chez lui pour promouvoir ses idées littéraires. 

 

Vers la date la plus probable des Neun Deutsche Arien (Neuf Airs allemands), Haendel fit un dernier voyage en Allemagne pour prendre congé de sa mère souffrante ce qui, en plus de l’attraction exercée par la poésie elle même, pourrait expliquer pourquoi le londonien de longue date se tourna vers sa langue maternelle pour ces œuvres intimes et personnelles.

webdesign: @rotadesign